Être ceinture noire au judo, le graal ?

par lrj17 dans compétition, Formation | Pas de commentaire

Être ceinture noire ne doit pas être une fierté, c’est une responsabilité !

« Si la ceinture noire confère à celui qui la porte un prestige certain, elle lui donne en même temps la responsabilité d’être un exemple » extrait du site de la Fédération Française de Judo et Disciplines Associées (FFJDA)

 

Sur son site La FFJDA insiste bien sur le comportement, sur l' »Être » ou le « shin » du judoka gradé :

« Le grade en judo représente une triple valeur :

– SHIN , la moralité, l’esprit, le caractère.
– GI , la technique, l’habilité.
– TAI , la force du corps, la « forme physique ».
Ces valeurs doivent exister chez chaque pratiquant, en proportion variable selon l’âge ou l’état de santé mais c’est la valeur du SHIN qui doit dominer. Celui qui ne la possède pas est privé du principe essentiel… »

le parcours vers la ceinture noire valide ces trois volets de l’esprit du judo.

– Dès qu’il rentre sur le tatami, à l’entraînement ou en compétition, l’élève s’incline. Un salut marquant la politesse, le respect vers le maître, le professeur ou l’arbitre. Au fil de l’apprentissage le jeune, en toutes hypothèses dans l’art martial, découvrira les vertus du courage, de l’honneur, de la sincérité vis à vis de soi pour évaluer sa progression. Pas d’effusion de joie en sortant du tapis victorieux, le contrôle de soi et l’amitié commandent la modestie.

– Les katas mélange de rituel et de chorégraphie technique valident le GI.

-Avec les combats, c’est le TAÏ qui s’exprime.

 

La Rochelle Judo 17 s’enorgueillit de 3 nouvelles ceintures noires

Le shin ou l' "Être" en judo, une réalité acquise tout au long de l'apprentissage.

Encore cadet, Louis mérite amplement la ceinture noire. Il n’hésite jamais à prendre sur son temps pour venir encadrer les plus jeunes.

Quand noire rime avec espoirs !

Louis Neveu et Thomas Boiron encore cadets et Anaïs Diby, sur le podium des inter départementales juniors la semaine dernière ne manquaient pas l’occasion ce week-end de finaliser leur quête de la ceinture noire.

Olivier Floiras, le professeur se rappelle de ces jeunes judokas qu’il a connus ceinture orange au dojo de Bonpland il y a quelques années…        des gentils garçons qui savaient déjà bien « Être ».

« Aujourd’hui, les voilà ceintures noires » note-t-il avec satisfaction.

Autre quartier, autre dojo, Anaïs a été formée à Mireuil. Il s’agit même de la première ceinture noire féminine de cette école du judo ! elle devient ainsi un exemple pour toutes les jeunes judokates, et elles sont nombreuses et motivées, de ce quartier de La Rochelle qui  » respire le judo ».

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Mots-Clés

Suivez-nous